A Elias Al Rahbani

Nouvelle année, nouvel espoir, encore un mort face à cette éternité ostentatoire. Elias Al Rahbani, que votre âme repose en paix, et que votre musique soit remémorée. Ce n’est qu’à travers elle que la forme essentielle de notre cher pays ne peut être émanée, la Musique! Non seulement votre musique, ou celle que vous avez multiplié à travers les branches de votre arbre généalogique, mais toutes celles auxquelles vous avez donné vie. Elles ont à leur tour donné sens à nos vies, que ce soit dans les rues enflammées, dans les séjours apocalyptiques de la guerre et des attaques, dans les abîmes alcoolisés des bars orientaux, ou dans les mariages dont personne ne veut entendre parler. 

En vous commémorant, et en essayant de vous écrire un mot d’Adieu, qui arrivera à destination seulement si Dieu le veut, je ne peux m’empêcher de faire de même envers tous les musiciens qui ont su capter et conserver des mélodies, des harmonies, des chants et des fréquences, qui traduisent des leçons psycho-spirituelles, sociales, et engagées pour nous guider dans les bouchons et les oscillations quotidiennes de notre unique et absurde aventure. Nouvelle année, nouvel espoir, encorne un rocher, encore un nouveau soleil qui fait scintiller nos larmes.

Devant ce fait religieux, il faut distinguer les oreilles et les cœurs fidèles des yeux sourds et des sons sans couleurs. Avec le temps, pour pleins de raisons qui n’ont pas leur place dans cette lettre, la musique commerciale n’a vu et entendu que décadence ; en d’autres termes, le désir de la masse s’est petit à petit transposé à des cercles vicieux électroniques sans queues ni têtes, aussi assourdissants qu’ abrutissants. Cette musique profane dévore depuis quelques décennies l’expression sacrée que la musique micro-tonale, de notre cher Orient, dessine et dépeint si parfaitement.  
Je voudrais terminer cette lettre par un appel, à tous ceux qui le souhaitent, de se brancher sur ces fréquences orientales, et de se défaire des câbles habituels qui ne tiendront jamais l’épreuve de l’Espace-Temps. La réminiscence d’un Inconnu bienveillant ne peut que se révéler à travers de nouvelles explorations, et les chemins que Elias Al Rahbani a frayé, avec ses poèmes, ses compositions, ses directions orchestrales, ses créations et ses pro-créations, ne peuvent que vous mener au coeur de votre pays, lieu du repos de votre âme, qu’elle soit en train de gambader sur cette Terre, ou auprès de tous vos prochains célestes.

Arts et Culture

Alexandre Hajjar View All →

Anthropologie et Philosophie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: