Hausse des prix des serviettes hygiéniques au Liban : un phénomène aux conséquences lourdes et révélateur de la réalité sociale

Suite à la violente crise économique qui ébranle le Liban, certains produits sont promus auprès de la société de consommation, alors que d’autres produits de première nécessité, à l’image des serviettes hygiéniques, sont marginalisés. 

L’accès à de tels produits demeure essentiel au bon cours de la période de menstruation. La serviette hygiénique répond tout d’abord, d’une part, à un besoin d’hygiène. Il s’agit d’un confort dont les femmes ont besoin. D’autre part, les serviettes répondent à une question d’ordre pratique. Une privation de tels besoins est par extension une entrave aux droits de la femme. Enfin, la femme qui n’a pas accès aux serviettes est vulnérable. Fragilité d’autant plus exacerbée que le gouvernement libanais établit, le 9 juillet 2020, la liste de produits dont l’importation sera subventionnée par l’État : le café , le lait , les rasoirs masculins…. Et ce sans tenir compte des serviettes hygiéniques. De ce fait, ces serviettes ont vu leur prix atteindre des sommets ces derniers mois, triplé en raison de l’hyperinflation que connait le Liban . Une boîte de serviettes hygiéniques coûte près de 20,000 livres libanaises soit un peu moins de 3 dollars. Cette augmentation significative du prix des serviettes hygiéniques pèse lourdement sur le pouvoir d’achat des femmes libanaises et entraîne de ce fait un dilemme quant aux composantes du panier du ménage. Ce produit n’est dès lors accessible que par une infime part de la population, plus aisée (moins de 2% de la population). 

Ainsi, cette situation est source de vulnérabilité et de disparités au sein d’une même catégorie sociale. De plus, ce prix exorbitant des serviettes hygiéniques exclut d’une certaine manière la femme libanaise de la société. La non subvention  des produits propres aux femmes pourrait témoigner du dédain qu’éprouve la classe politique envers elles et engendre leur marginalisation . Ce fait serait alors symptomatique d’une problématique sociétale d’envergure, visant à dénigrer le rôle de la femme au sein de la société libanaise. 

En effet , le choix des produits à subventionner n’est pas anodin. Pourquoi subventionner des rasoirs masculins et non pas des serviettes hygiéniques féminines?  Le simple fait d’employer « masculin » et « féminin » dénote un sexisme ancré dans l’inconscient des classes politiques. De plus, les rasoirs sont de moindre nécessité, comparés aux serviettes hygiéniques qui sont, elles, essentielles.

La décision de l’exécutif  témoigne d’un profond mal-être vis-à-vis des femmes au sein même de la société.  Ces subventions révèlent un  sexisme  voire une  misogynie loin d’être récents et fortement institutionnalisés. Actuellement ne sont présentes au sein du gouvernement que six femmes, sur 24 hommes. De même, un faible nombre de 6 femmes siège actuellement au parlement – soit moins de 3% de femmes au sein de l’organe législatif . La réponse à ce phénomène est d’ordre sociologique et tend à dissuader la femme d’aspirer à un quelconque épanouissement politique et populaire. 

Quoi de mieux pour illustrer ces propos que les récentes déclarations de Moustapha Fahmi, ministre de l’intérieur, lorsque lui était demandé s’il serait favorable à ce que le prochain premier ministre soit une femme : les femmes sont « faibles » et « fragiles » répond-il. Ces remarques sont lourdes de sens en ce qu’elles révèlent l’idéologie misogyne ancrée dans la société libanaise, mais également en ce qu’elles engrènent et institutionnalisent ce sexisme , de façon à ce que la femme libanaise ne puisse plus s’en libérer.

Dessin par Joelle Youssef

Économie/Economics

Christina Yammine View All →

Je m’appelle Christina Yammine, je suis étudiante en deuxieme année de droit a l’université Saint Joseph (USJ) de Beyrouth et journaliste a l’Orient Le Jour (OLJ). Je m’interesse principalement a l’economie , la sociologie , la politique et la philosophie à la lumière desquelles je scrute et analyse les phénomènes d’actualité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: